Le  Grenier de Super Daddy

Grammaire et linguistique

© Claude Danis

depuis août 2011

Accueil       

Écrivez-moi pour poser vos questions

Syntaxe du Français (cours de  licence)

Introduction : La norme. 

Influence de l'histoire de la langue.

Méthodologie d'analyse. 

Comment une langue fonctionne. 

Grammaire traditionnelle ou sémantique

  Éléments commutables.

Qu'est-ce qu'une phrase ?

  Hypothèses sur la phrase grammaticale.

Manifestation syntaxique de ses constituants

Les transformations de la phrase: 

Transformation déclarative

Transformation impérative  

Transformation interrogative

Transformation exclamative

Transformation nominale

  Transformation négative  

Transformation emphatique.  

T E et Syntagme prépositionnel

Forme du noyau de la phrase

Exercices appliqués : début , suite et fin.

Syntaxe du Français (cours de maîtrise)

Introduction 

Critique de la grammaire traditionnelle: 

    Grammaticalité du "passif"        

    Le "participe passé"

    Le syntagme nominal.,

 Les "noms propres" 

Les déterminants du nom

    Méthodologie d'analyse

Le syntagme nominal

Les déterminants à un élément ou avec pré-article : 

"Tout", les "adverbes de quantité"    

Déterminants avec post-article 

les "cardinaux", tel, 

les "numéraux" 

les dénotatifs.

  Liste des déterminants.

Les modificateurs du nom : 

syntagme adjectival,

  adverbes de degré 

Les "participes"

Présent   Passé

La transformation passive

L"adjectif qualificatif"

Adjectifs ante ou post posés

Les adjectifs : exemples

Apposition nominale

Complément du nom

Transformation possessive,

La transformation nominale

Le "complément circonstanciel"

Les modificateurs complexes

Orthographe du Français

Importance de l'orthographe

 Eléments de phonétique 

Orthographe du français 

La réforme attendue

 

L'expérience d'un Professeur de Français

 

La ballade du point virgule

Le Français de la Francophonie 

Les mots de la Francophonie

Exercice sur 'vaut'  

Les Temps : exemples.

Question d'accord: ça, c'est et ce sont

 Pour rire : Anglicismes 

Les enfants de Queneau

Insolites

L'expérience d'un Professeur de Français

Quelques rudiments de Roumain

Écrivez-moi

Livre d'or

Sites Amis

Amour-Humour 

Atelier d'écriture 

Histoires-de-chats 

pedro.alino

Mariage et Religion

Tout pas cher

Tout mon grenier

Merci de me faire part de toutes 

vos remarques et critiques.

compteur :

Google Analytic

Tout un site sur

Amour-Humour

 

 

Cours reçus en Français langue étrangère, dispensés par Monsieur Jean BUTIN, à l'Université de Saint-Etienne.

Syntaxe du Français – cours FLE – maîtrise

La transformation nominale

     

 

‘la voiture de mes parents’, ‘le départ de mon frère’,

‘l’ouverture du magasin’, ‘la porte du magasin’

Ces GN sont des structures de base pour la GT

Mais ‘voiture’ et ‘porte’ sont des objets,

alors que ‘départ’ et ‘ouverture’ sont des noms d’action, correspondant à des verbes,

ici : ‘partir’ et ‘ouvrir’ ; ‘départ’ = ‘le fait de partir’ ou ‘l’action de partir’

Donc ‘le départ de mon frère’ est une structure dérivée d’un énoncé SN + SV.

La dérivation se fait par la transformation nominale.

La transformation nominale n’est pas toujours possible :

Il faut qu’il existe un nom d’action.

Il faut tenir compte du contexte

La forme des noms d’action est imprévisible

‘j’ai appris que ton frère           est parti’           à ‘j’ai appris le départ de ton frère’

‘j’ai ….ton frère va partir, partira, était parti, part’ à ‘j’ai appris le départ de ton frère’

Il y a ambiguïté, donc c’est bien une forme dérivée.

Modalité de la transformation nominale

Si le verbe est intransitif

ton frère est parti’                  à  ‘le départ de ton frère

ton frère s’est trompé’           à  ‘l’erreur de ton frère

Le sujet, ‘ton frère’ passe en ‘complément de nom’

Le verbe remplacé par le nom d’action passe au début du GN

avec comme déterminant ArtDéf.

Ils sont liés par ‘de’ ou son équivalent après élision du déterminant :

‘les magasins ferment’  à  ‘la fermeture des magasins’

‘le président démissionne’        à  ‘la démission du président’

Si le verbe est transitif

‘le professeur corrige’  à  ‘la correction du professeur’ (ambiguë)

S’il y a un COD, on doit passer par la transformation passive :

‘le professeur corrige les copies’            

transformation passive :            à  les copies sont corrigées  par le professeur’

transformation nominale :          à  ‘la correction des copies   par le professeur’

En résumé

Donc, cette transformation n’est pas systématique. :

Il doit exister un nom d’action correspondant au verbe.
Le contexte doit permettre l’utilisation de ce nom.
Le mécanisme est le suivant :

Si l’énoncé a un verbe non transitif,

La nominalisation est directe

Sinon,

il faut passer par une transformation passive 

pour ensuite effectuer la transformation nominale.

La transformation nominale est unifiée

Elle n’agit que sur le SN[+sujet] et sur le SV.

Le reste de l’énoncé n’est pas affecté par la transformation nominale. :

 

SN + SV + ‘suite de l’énoncé’  à  ‘le(s), la’ + nom d’action + de + SN non modifié + ‘suite de l’énoncé

   |         |______________________________|                               |

   |___________________________________________________|

Remarque

En GT, on parle de ‘génitif objectif’ ou ‘subjectif’

Certains compléments de nom introduits par ‘de’ qui suivent des noms d’action sont ambigus :

‘la peur du gendarme’ : le sens dépend du contexte

C’est une structure superficielle donc il y a deux interprétations. Elle est dérivée de deux structures profondes différentes qui, par le jeu de transformations, aboutissent au même résultat :

‘on (quelqu’un) a peur’                                    à ‘la peur (de quelqu’un)‘  effacement du SN ‘on’

‘on a peur du gendarme’                                 à  ‘la peur du gendarme’

‘le gendarme a peur (devant quelqu’un)’          à  ‘la peur du gendarme (devant quelqu’un)’

en GT, on parle de complément du nom, ce qui est faux, car l’origine syntaxique n’est pas la même.

En résumé

Il y a quatre cas de figure :

Il n’existe pas de nom d’action

‘ton père fume’ : pas de nom d’action

Il existe un nom d’action
Le contexte permet de l’utiliser

Sinon, la transformation est bloquée.

Il existe deux ou plusieurs noms d’action

Chacun d’eux est utilisable dans un contexte précis. Il n’y a jamais de commutation.

Les traits du SN [+an, hum ou –an] et de l’extension à droite permettent de choisir :

‘arrêter’, V[+transitif] admet deux noms d’action : ‘arrêt’ et ‘arrestation’

‘la municipalité a arrêté les travaux’ à  ‘les travaux ont été arrêtés par la municipalité’

‘travaux’ est N[-animé] donc, cela donne : ‘l’arrêt des travaux par la municipalité’   

‘la police a arrêté les voleurs’ à  ‘les voleurs ont été arrêtés par la police’

‘voleurs’ est N[+animé, humain], donc on a : ‘l’arrestation des voleurs par la police’ 

‘la pluie du matin n’arrête pas le pèlerin’ : pas de nom d’action utilisable

‘tomber’ [-transitif] peut donner ‘chute’ pour un sujet[+an, hum] ou ‘tombée’ pou Sujet[-an]

‘le jour tombe’             à  ‘la tombée du jour’

‘un homme tombe’       à  ‘la chute d’un homme’

‘élever’ donne ‘élevage’ pour [+an, -humain] et ‘éducation’ pour [+humain]

Haut de page  

 

Recherche personnalisée