Le  Grenier de Super Daddy

Grammaire et linguistique

© Claude Danis

L'expérience d'un Professeur de Français

Accueil       Écrivez-moi

Syntaxe du Français (cours de  licence)

Introduction : La norme. 

Influence de l'histoire de la langue.

Méthodologie d'analyse. 

Comment une langue fonctionne. 

Grammaire traditionnelle ou sémantique

  Éléments commutables.

Qu'est-ce qu'une phrase ?

  Hypothèses sur la phrase grammaticale.

Manifestation syntaxique de ses constituants

Les transformations de la phrase: 

Transformation déclarative

Transformation impérative  

Transformation interrogative

Transformation exclamative

Transformation nominale

  Transformation négative  

Transformation emphatique.  

T E et Syntagme prépositionnel

Forme du noyau de la phrase

Exercices appliqués : début , suite et fin.

Syntaxe du Français (cours de maîtrise)

Introduction 

Critique de la grammaire traditionnelle: 

    Grammaticalité du "passif"        

    Le "participe passé"

    Le syntagme nominal.,

 Les "noms propres" 

Les déterminants du nom

    Méthodologie d'analyse

Le syntagme nominal

Les déterminants à un élément ou avec pré-article : 

"Tout", les "adverbes de quantité"    

Déterminants avec post-article 

les "cardinaux", tel, 

les "numéraux" 

les dénotatifs.

  Liste des déterminants.

Les modificateurs du nom : 

syntagme adjectival,

  adverbes de degré 

Les "participes"

Présent   Passé

La transformation passive

L"adjectif qualificatif"

Adjectifs ante ou post posés

Les adjectifs : exemples

Apposition nominale

Complément du nom

Transformation possessive,

La transformation nominale

Le "complément circonstanciel"

Les modificateurs complexes

Orthographe du Français

Importance de l'orthographe

 Eléments de phonétique 

Orthographe du français 

La réforme attendue

 

L'expérience d'un Professeur de Français

 

La ballade du point virgule

Le Français de la Francophonie 

Les mots de la Francophonie

Exercice sur 'vaut'  

Les Temps : exemples.

Question d'accord: ça, c'est et ce sont

 Pour rire : Anglicismes 

Les enfants de Queneau

Insolites

Quelques rudiments de Roumain

Écrivez-moi

Livre d'or

Sites Amis

Amour-Humour 

Atelier d'écriture 

Histoires-de-chats 

pedro.alino

Mariage et Religion

Tout pas cher

Tout mon grenier

Merci de me faire part de toutes 

vos remarques et critiques.

compteur :

Google Analytic

 

 

L'expérience d'un professeur de Français

... Cécile Revéret ... [explique] comment elle enseigne le français — comment, en fait, elle rattrape par le bout des cheveux des élèves en déshérence, abandonnés qu’ils furent par un système scolaire qui a réalisé l’égalité par en bas — toujours plus bas... ... à deux doigts de la retraite, elle livre dans 96 pages la quintessence de ce que furent ses quarante années de carrière — ombres et lumières, et ombres pour finir...

Premier temps fort : toute à l’angoisse du tout premier contact, Cécile prépare un cours d’enfer, un vrai modèle pour CAPES de Lettres. C’est à la fois drôle et émouvant, de l’entendre raconter combien ses élèves ont été « bluffés » par ce cours « insensé, totalement inadapté»: dès cette première heure, « ils savent que je vais leur apprendre quelque chose qu’ils ignorent ». Et tout est là : ne pas mettre la barre trop haut, mais la mettre au dessus de la pauvre estime qu’ils ont d’eux-mêmes. « Ce premier cours, dit-elle, m’a aussi appris qu’ils ne redoutaient pas la difficulté ». Oh non — et ils méprisent aisément ceux qui, sous prétexte de se mettre à leur portée, descendent encore et toujours la barre — et le niveau. 

... Nous parlons de temps très anciens, où, en arrivant en Sixième, « les élèves savaient ce qu’ils étaient censés savoir en quittant l’école ». Mais tempus fugit, comme dirait cette spécialiste du latin-grec ... Avec le temps, va, tout s’en va, « et dans les années 90 » (le crime est daté), « les réformateurs sont venus à nous, sur le terrain. Il s’agissait de persuader tous les récalcitrants du bienfait des nouveautés »...  Le français, discipline « transversale » par excellence, a été le lieu favori d’exercice des pédagogues fous — qui, au passage, faisaient le sale boulot des ministères successifs, en suggérant de supprimer des heures d’enseignement spécifique et disciplinaire. Toujours moins, comme aurait alors écrit un François de Closets intelligent — hypothèse inédite.

... Mais là encore, les pédagogies modernes sont passées par là, et le latin, explique-t-elle, ne s’apprend plus que dans le contact immédiat avec les textes (le sens, le sens d’abord, vous dis-je !). Sauf que « apprendre à distinguer un nom d’un verbe à 14 ans, c’est trop tard ». Et les rosent continues a poussé. Avec épines, désormais.

... Le collège, devenu « ambition / réussite » pour camoufler le fait qu’il n’a pas d’ambition, et guère de réussite, accueille désormais une majorité d’enfants pré-détruits, violents, et vulgaires — de cette vulgarité répétitive née d’un tout petit nombre de monosyllabes inlassablement ânonnés. Le quotidien des profs, désormais, ce sont les rapports rédigés dans l’instant, pour ne pas oublier les termes exacts de l’injure (« vieille pute » ou « sale pute » ?) dont les a gratifiés un enfant auquel on a renoncé à apprendre les rudiments de base de la civilisation — la politesse, le goût du travail, et la patience.

Jean-Paul Brighelli - Mariane - Mardi 13 Octobre 2009 (extraits)

Lire aussi des extraits de "Teacher man" de Franck McCourt

 

 

Recherche personnalisée